ENTRETIEN D’EMBAUCHE : LES 10 PREMIERS MINUTES MOMENT CRUCIAL POUR LE RECRUTEUR ET PARFOIS DESTABILISANT POUR LE CANDIDAT.

ENTRETIEN D’EMBAUCHE : LES 10 PREMIERS MINUTES MOMENT CRUCIAL POUR LE RECRUTEUR ET PARFOIS DESTABILISANT POUR LE CANDIDAT.

Selon les recruteurs, unanimes, la franchise et l’authenticité sont les ingrédients du succès, les compétences faisant la différence. Pourtant, la fameuse première impression se fige dès la prise de contact, alors que les qualités professionnelles du candidat ne sont pas encore connues. Selon une enquête menée par le thinkthank (association laboratoire d’idées) ARJID pour l’égalité des chances, 45% des recruteurs sur un échantillon de 1700 recruteurs en France métropolitaine, déclarent qu’il leur suffit de 10 minutes pour se forger une opinion. Le premier contact compte pour beaucoup, le premier geste, la façon de sourire et de tendre la main ou de s’asseoir. A ce stade le subjectif domine, raison supplémentaire de ne rien laisser au hasard. Les candidats ne le savent pas assez : ils ont prise sur l’image et le ressenti qu’ils suscitent. « Selon le fondateur du laboratoire d’idées ARJID pour l’égalité des chances, trop souvent les cadres en milieu de carrière ne misent que sur leur parcours, ils ne préparent les entretiens et n’imaginent pas le décalage entre l’image qu’ils pensent renvoyer et la réalité.»

Arriver à l’heure, être propre, respecter les codes vestimentaires de l’entreprise et du poste, se lever quand le recruteur s’approche, autant de réflexes qui s’acquièrent. Au même titre qu’offrir une poignée de main ferme et convaincante, un sourire et un regard directs. Tout se corrige : une posture voutée en s’entrainant à marcher avec un livre sur la tête ; une personne sujette à la transpiration évitera les chemises foncées.  La salle d’attente est souvent la phase la plus anxiogène, c’est aussi le moment propice à la concentration des techniques simples, comme la respiration ventrale ou l’évocation d’une situation de réussite, redonnent confiance et détendent un visage figé. « Selon le fondateur de l’association ARJID égalité des chances, Thinkthank (laboratoire d’idées sur les questions économiques), pour se mettre en condition, il faut préparer son entretien la vielle, se détendre en musique et se coucher tôt. Pendant l’entretien prendre quelques notes enfin de les utiliser pour poser quelques questions. Les gestes de début d’entretien sont beaucoup moins anodins qu’il n’y paraît. Il existe une grammaire gestuelle par exemple chez la femme le croisement des bras sur la poitrine est un geste de protection et chez l’homme, le croisement des jambes en équerre signifie qu’il maîtrise la situation ou tente de le faire. Certains gestes comme réunir la main derrière la nuque exprime la lassitude, poser les coudes sur le bureau du recruteur équivaut à une intrusion sur son territoire. »

Lors d’un entretien, la différence se fait par le savoir-vivre du postulant : arriver trop en avance donne le sentiment que le candidat inverse le rapport de force. L’attitude qu’il aura avec la secrétairesera riche d’enseignements sur son comportement en entreprise. Savoir écouter son interlocuteur et répondre précisément aux questions posées sont des qualités plus rares qu’on ne le pense.

Il existe deux façons d’entrer dans le vif du sujet lors d’un entretien : soit le recruteur commence par présenter le poste, l’entreprise, voir lui-même ; soit il demande au candidat de prendre l’initiative. Dans le premier cas l’écoute active est  indispensable et le candidat devra démontrer qu’il connaît l’entreprise par une remarque ou une question opportune. Dans la seconde hypothèse, le recruteur attend une présentation exhaustive et évaluera les capacités de synthèse. Pour éviter les écueils d’un discours fleuve et déconstruit il est important de préparer une présentation de deux minutes maximum avec à la clé la réponse à la question que voudrais-je que l’on retienne de vous : décliner très rapidement son identité, sa formation, puis insister au choix sur ses projet ou qualités professionnelles afin de convaincre son recruteur qu’il est le candidat providentiel. Ensuite détaillé un aspect de la carrière qui illustre les compétences requises pour le poste. Les recruteurs disposent en général d’une grille de compétences qu’ils cochent discrètement. Le recruteur cherche d’abord à valider la connaissance de l’entreprise ou du secteur puis la véracité des lignes du cv et les compétences nécessaire pour le poste. Dans ses cas  Il s’agit souvent des questions à double sens, la plus courante est : citez-moi vos défauts et qualités. Aborder son entretien nécessite une préparation soigneuse, spontanée, authentique tout en restant sur ses gardes car parfois une préparation trop lissée risque d’inciter le recruteur à rechercher des zones d’ombre « Bertille candidate habitant la région île de France : lorsque je suis allée passer mon entretien pour le poste de directrice d’une grande chaine de distribution basé en région parisienne, j’ai failli me prendre le pieds dans le tapis car lors du début de l’entretien le DRH groupe France, a pris le contre-pied de ma présentationen évoquant un autre poste au siège social sans relation aucune avec le poste pour lequel j’étais présent. J’ai hésitée, ce qu’il a aussitôt perçu. Comme mes motivations lui ont semblé fragiles et contradictoires, il m’a proposé de continuer à réfléchir en me convoquant en un deuxième rdv. Arrivé rasséréné lors de mon second entretien, j’ai été recrutée à la fin et je suis à ce jour directrice de cette grande chaine de distribution basée en région parisienne. »

Lors de notre prochaine édition nous ferons un interview en collaboration avec un quotidien(la presse) d’un responsable de cabinet de conseil en ressources humaines membre du SYNTEC recrutement et du fondateur de l’association ARJID égalité des chances qui est un laboratoire d’idées, thinkthank sur les questions économiques

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>